samedi 15 juin 2019

Yoga et Méditation : été 2019

Voici les dates des cours d'été :

YOGA: salle des fêtes d'Auros (33124) à 19h :  lundi 22 et 29 juillet 2019 -  5 et 12 août 2019

MEDITATION: salle des fêtes de Brannens (33124) à 19h :  mercredi 24 et 31 juillet - 7 et 14 août

Au plaisir de vous accueillir !..... Infos et inscriptions : 06.86.23.92.74.
"Il suffit d'une fleur pour que le printemps se reflète dans l'univers entier."   (proverbe japonais)

vendredi 14 juin 2019

La vie est belle !

"Le seul, le vrai, l'unique voyage, c'est de changer de regard".   M. Proust

Le monde occidental est incorrigible ! Il pense toujours que la vie est dure, douloureuse et partant de là, utilise le yoga comme remède (miracle) à tous les maux...
Cette vision, imprégnée du conditionnement judéo-chrétien dirige les méthodes orientales millénaires (notamment le yoga) et les considère comme "thérapie".
Je sens, au plus profond de moi, que le yoga n'est pas une thérapie. Son but n'est pas la guérison d'un mal-être ( ceci en est la conséquence, ne pas confondre !), mais la connaissance de soi : non pas une connaissance intellectuelle, mais charnelle; simplement la perception au travers de nos sens (indriya) de notre monde intérieur (purusha), beau et parfait, de notre vraie nature, lumineuse et éternelle.
Mais ce monde est tellement recouvert par nos projections illusoires créant notre monde phénoménal (prakriti), qu'il reste bien souvent caché... .
Pourtant, le sentir dans nos cellules, dans notre corps de chair avec une conviction inébranlable, avoir une perception "incarnée" (intuition) est la connaissance promise par le yoga.
Ma certitude de l'existence de ce monde merveilleux, parce que je l'ai rencontré et que les sensations dans mon corps me le rappellent sans cesse, me vaut beaucoup d'incompréhension et d'inimitié dans le monde moderne du yoga. Peu m'importe, mon enseignement reste peut-être différent des autres, mais fidèle à ce que je "sens" à l'intérieur, privilégiant l'exaltation du réel (beau) à la tentative de guérison (aller mieux) de l'illusoire monde que notre pauvre mental projette comme un film d'épouvante.
Sentir le jour monter en soi au lever du soleil, le parfum offert par une fleur qui s'ouvre, la brise traversant le feuillage d'un arbre s'inclinant pour caresser notre peau, ou le clin d'oeil d'une étoile filante nous rappelant notre union (yoga) à l'univers .... Elle est pas belle la vie ?

jeudi 6 juin 2019

Origine

"Les êtres croissent et disparaissent;                       
je suis le seul qui soit réel,
observant, amusé, du plus profond
des yeux de chaque créature.

Je suis l'esprit qui demeure
dans le coeur de tous les êtres.
Je suis l'origine, je suis la vie,
je suis la fin qui les attend."                 (Mahabharata)


"Le soleil se dérobe et apparait la lune;
la lune disparaît et demeure l'esprit;
l'esprit s'évanouit et il ne reste rien;
la terre, le ciel ont rejoint le néant."         (Lal Ded)

mercredi 8 mai 2019

Amour, compassion, humilité

Le yoga est amour :
Réjouissez-vous du bonheur des autres, du rire des enfants et comprenez la chance que nous avons de découvrir un jour que les épines ont aussi des roses : telle est la voie ; le yoga est beauté, le yoga est amour.

"L'amour est le miracle d'être un jour entendu jusque dans nos silences et d'entendre en retour, avec la même délicatesse, la vie à l'état pur, aussi fine que l'air qui soutient les ailes des libellules et se réjouit de leur danse." (Ch. Bobin)
Le yoga est compassion :
Est-ce parce qu'une personne vous a fait du mal (votre perception), que vous devez la détester en retour ? Est-ce parce qu'elle a mal agi (votre interprétation) que vous avez le droit d'en faire autant ?
Détestez-vous la personne ou ce qu'elle a fait ?
Comprenez-vous ce lien qui nous unit? Ce point commun, cette " humanité" qui nous relie. Ressentez-vous ce puissant corps céleste que nous formons ensemble ? Si une infime partie a mal, alors c'est tout le corps qui souffre. Le yoga est compassion.

Le yoga est humilité :
"Born to be real, not perfect", dit le vieil adage. Reconnaître et accepter nos erreurs et nos imperfections : c'est le début du travail sur soi, de notre devoir sur Terre, dans nos corps de chair... Le yoga est humilité.
... Nos corps de chair ... ou de brume ? Réalité ou illusion ?
Derrière nos vies, qui nous voit ? Sous nos paupières closes, qu'est-ce qui voit ?

"Ce qui vaut vraiment d'être regardé ne peut être vu que les yeux fermés". (H. Gougaud).

samedi 30 mars 2019

Passage















"Il faut porter en soi un chaos pour pouvoir mettre au monde une étoile dansante". (Nietzsche)




mardi 5 février 2019

Happy new year

"Que les étoiles emportent ta tristesse,
Que les fleurs remplissent ton coeur de beauté,
Que l'espérance essuie tes larmes pour toujours,
Et, par dessus tout, que le silence te fortifie."
                                            (Prière indienne)
                                                                   Himalaya                   

lundi 7 janvier 2019

Drashtar : le témoin

Je ne suis pas un corps, j'ai un corps;
Je ne suis pas mes pensées, j'ai des pensées;
Je ne suis pas mes émotions, j'ai des émotions;

Je suis celui qui sait qu'il n'est pas un corps, qu'il n'est pas la pensée, qu'il n'est pas l'émotion... .

"Sur le chemin montagneux, une fleur me fascine, sans raison".   (Bashô)

Un portail montagneux et trois flèches florales :

Au commencement, était un simple garçon,
Petit, perdu, païen, inattentif aux sons,
Ni aux beautés et à leurs formes infinies,
Ni aux merveilles de deux univers unis,
Ni à l'odeur délicate de cette écorce,
Ni à la caresse d'un zéphyr plein de force,
Ni même à ce tableau, qui vaut bien un graal :
Un portail montagneux et trois flèches florales.

Puis l'enfant a grandi, il s'est mis à rêver,
A voir le monde à travers ses yeux entravés,
Un monde bas, où il ne trouvait pas sa place,
Qui ne lui renvoyait que des regards de glace.
Alors, en bon "vata", il ne s'est pas conscrit,
Il a plutôt imaginé dans son esprit
Une lavande, ainsi qu'une lune idéale,
Un portail montagneux et trois flèches florales.

Enfin, le jeune homme, hésitant entre deux,
Emprunta un chemin jusque là hasardeux,
Mêlant ses univers par le biais d'un fin isthme
Et se découvrant un talent pour l'altruisme
Et se découvrant lui-même, simple conscience,
Par une méditation en toute radiance.
Il peut désormais voir, par son oeil primordial,
Un portail montagneux et trois flèches florales.

Ma soeur, merci infiniment pour ce voyage,
Qui n'aurait été, sans toi, qu'un mirage.
J'ai pu m'élever car tu étais en aval
D'un portail montagneux et trois flèches florales.
(Alban Baudry)